1er voyage en Iran : mes impressions

Je l’avais tant rêvé, ce voyage en Iran. Mon copain étant iranien, je me suis mise à découvrir cette culture et celle-ci est devenu une véritable passion. Je n’ai pas fait de carnet de route pour ce voyage, car nous sommes restés à Tabriz, en Azerbaïdjan iranien, pour rencontrer la famille. Je ne raconterai donc pas mon voyage jour par jour, mais je ferai part de mes impressions. Si vous aussi vous partez pour la première fois, allez lire mes 10 commandements du voyage en Iran.

Alors fantasme ou pas ?

J’ai lu Iran, j’ai écouté Iran, j’ai vu Iran, j’ai mangé Iran. Tout ce que je pouvais trouver à propos de ce pays, je l’ai absorbé. Jamais je n’aurai pensé m’intéresser à ce pays avant. L’Iran dans la pensée collective c’est quoi : un pays en guerre ? un pays de terroriste ? un pays délabré ? Que nenni, il n’en est rien de tout cela. Je voulais découvrir le vrai du faux, et me rendre compte par moi-même. Et puisque j’étais tombé amoureuse, autant aller rencontrer le pays qui hantait mon cœur.

Je me rappellerai toujours le vol Istanbul-Tabriz. Mes pensées se bousculaient : et si je n’aimais pas, et si j’avais tout fantasmé, et si ma belle famille ne m’aimait pas, et si ils me refusaient à la douane. L’avion atterrit, on descend sur le tarmac, une larme coule sur mes joues provoquée par le stress ou la joie, je n’arrive pas à savoir. Nous passons la douane, mon cœur se serre, nous récupérons les valises, c’est bon, nous allons sortir. Shamsi, la tante et son fils Hossein, nous attendent. Ils nous voient, nous sourient, Shamsi me prends dans ses bras comme si je lui avais manqué. C’est fait je suis arrivée en Iran, et je me sens terriblement bien !

mosquée Tabriz Iran

Le bal des invitations 

Nous sommes arrivés vers 4h du matin, un gros dodo s’imposait. Nous sommes réveillés vers 10h par la voix chantante de Tata Shamsi. Elle nous apporte une farandole de pain de toutes sortes : Noun barbari, noun Sangak, noun Lavash et des petits pains au safran. Un régal avec du fromage type feta, ou du bon miel. Ce petit déjeuner présageait de bons moments passés en famille et la famille, on allait beaucoup la voir.

On m’avait prévenu, la première journée fut un défilé de parents proches ou lointains venus nous souhaiter la bienvenue. Pour moi, qui manie peu la langue persane, ce fut comme un ouragan. On se laisse déborder par les conversations, les nombreux services de thé, les gâteaux, les « Mélanie joon, Khosh Amadid » ( Mélanie chérie, bienvenue ). Le reste des soirées de ces vacances nous les passeront chez les uns et les autres, rivalisant d’imaginations, les femmes étant plus coquettes les unes que les autres, les repas plus impressionnants à chaque fois comme-ci on se retrouvait tous les soirs dans un nouvel épisode d’Un Diner presque Parfait. 

J’ai eu deux fois le cafard : je ne suis pas habituée à tant de monde aussi souvent et se voir tous les soirs, avoir des difficultés pour m’exprimer et parfois sourire bêtement sans rien comprendre, peut être pesant. Mais tous les gens étaient extrêmement compréhensifs en me demandant si j’allais bien, si je me plaisais ici, si je ne manquais de rien.

On remarque aussi que ce peuple est d’une très grande gentillesse et d’une très grande politesse : on pratique le Taarof, on se lève toujours quand arrive dans la pièce une personne plus âgée que soit, on remercie toujours la personne qui nous reçoit car elle nous donnera tout et le meilleur à chaque fois. Savoir bien recevoir est très important en Iran.

4 kg en plus sur la balance 

 » Ça se voit que Mélanie est bien en Iran, elle est belle, elle a pris du poids« . Eh bien, euh, merci car oui, qui dit invitation, dit repas, dit kilo en plus. J’ai énormément mangé car je voulais goûter à tout ! La cuisine iranienne est vraiment succulente, souvent à base de plats en ragoût accompagnés de riz. On a les kebabs tels que djoudjeh kebab ( brochette de poulet mariné ) ou tchelo kebab ( brochette de viande de bœuf accompagné de son riz ). On a les gros plats de riz tels que Adas Polo ou Zeresht Polo. Les koukous sont comme de grandes tortillas espagnoles à toutes sortes de légumes ou d’herbes.

En Iran, on trouve des pâtisseries mais je pense qu’à ce niveau, nous, français, restons les meilleurs. Par contre, on trouve des superbes confiseries tel que les nougats ( mes préférés sont les « Ghaz« , nougat tendre à la pistache et à l’eau de rose venant d’Esfahan ), le Sohan ( sortes de nougatines ), les Bamiehs et les Bakhlava,… Les glaces sont excellentes : on trouve Bastani Sonnati, glace traditionnelle à base de crème, de safran, de pistache; Bastani Gerdoui, glace à la noix,… Le plus bizarre c’est Faloudeh, sortes de vermicelles de riz glacés à l’eau de rose ou au citron, un autre de mes péchés mignon. Que celui qui dit qu’il n’a pas bien mangé en Iran, me jette la première pierre.

Les rues, une fourmilière géante 

J’ai adoré me promener dans les rues : elles grouillent de vie, on slalome entre les tchadors et les foulards de couleurs, entre les enfants, les marchands, les passants. On tente de traverser la route à travers les taxis jaunes, les peykans et toutes les voitures made in France. A chaque rues, nous trouvons des bars à jus de fruits, des glaciers, des boutiques de vêtements de toutes sortes. Le bazar est impressionnant entre tradition et nouveauté. L’Iran se trouve dans la rue. Les gens vous abordent, vous parlent, vous sourient, vous remercient. Les parcs et monuments sont magnifiques, les iraniens adorent les fleurs et les espaces verts sont très arborés et de toutes les couleurs. On s’assoit, on fait du sport, on boit un thé…

Il y a tant de choses à voir, à goûter, à sentir… Laissez tomber les préjugés et venez. Mon deuxième voyage se prépare et j’espère découvrir encore plus de choses car c’est un pays qui mérite à être connu et reconnu.

Kheily Mamnoun, Khoda Hafez,

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  • hodencq bokaie 12 mai 2018 at 12 h 46 min

    Bonjour, je suis Française mariée à un Iranien depuis 20 ans. Lorsque je lis vos impressions je me projette plus de 20 ans en arrière, lorsque j’ai moi aussi découvert l’Iran: Téhéran, Isfahan, le Nord, le ski … Dans la famille de mon fiancé à l’époque nous avons eu le même défilé d’invités, de diners, de cadeaux de bienvenue.
    Je me rappelle n’avoir pas compris pourquoi tous les membres de sa famille m’offraient des bijoux pour me souhaiter la bienvenue, ce n’était pas mon anniversaire 🙂
    J’ai moi aussi été séduite par la culture, la cuisine, et bien entendu par la gentillesse de tous les Iraniens sans exception.
    Je me souviens aussi de mon arrivée avec notre bébé nouveau né à l’aéroport à Téhéran. Tous m’ont laissé passer pour que je n’attendes pas pour présenter mon passeport. Du jamais eu ailleurs dans les autres aéroports dans le monde…. La place de la femme est très différente de ce que les occidentaux imaginent. Il faut y aller pour comprendre ce que je dis.
    Je vous souhaite tout le bonheur du monde.

  • irelandissocheek 26 avril 2016 at 1 h 30 min

    Ok j’adore!!! L’été dernier j’avais très envie de faire un voyage en Iran. Pourquoi? Grand mystère. Simplement attiré par ce pays qui comme tu le dis si bien, est dans l’imaginaire collectif délabré.
    Je viens de parcourir tes différents articles et cela n’a fait que raviver ce désir. Il faut absolument que je le visite! J’avais déjà entendu parler de la gentillesse des Iraniens. Tu ne fais que confirmer!
    En tout cas merci pour ce partage et je vraiment hâte de lire tes autres articles à ce sujet!!

    • bokaie veronique 12 mai 2018 at 12 h 47 min

      Bonjour, je suis Française mariée à un Iranien depuis 20 ans. Lorsque je lis vos impressions je me projette plus de 20 ans en arrière, lorsque j’ai moi aussi découvert l’Iran: Téhéran, Isfahan, le Nord, le ski … Dans la famille de mon fiancé à l’époque nous avons eu le même défilé d’invités, de diners, de cadeaux de bienvenue.
      Je me rappelle n’avoir pas compris pourquoi tous les membres de sa famille m’offraient des bijoux pour me souhaiter la bienvenue, ce n’était pas mon anniversaire 🙂
      J’ai moi aussi été séduite par la culture, la cuisine, et bien entendu par la gentillesse de tous les Iraniens sans exception.
      Je me souviens aussi de mon arrivée avec notre bébé nouveau né à l’aéroport à Téhéran. Tous m’ont laissé passer pour que je n’attendes pas pour présenter mon passeport. Du jamais eu ailleurs dans les autres aéroports dans le monde…. La place de la femme est très différente de ce que les occidentaux imaginent. Il faut y aller pour comprendre ce que je dis.
      Je vous souhaite tout le bonheur du monde.

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :