Si vous avez l’opportunité de séjourner à Tabriz, dans la région de l’Azerbaïdjan iranien, n’hésitez absolument pas à faire une halte à Kandovan. Ce village troglodyte qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Tabriz rappellera pour certains la Cappadoce en Turquie. On vous emmène visiter Kandovan et ses maisons en cône de tuf.

Visiter Kandovan : la route vers la ville troglodyte

Cela lui a pris comme ça. Hossein, le cousin de Monsieur A. nous propose lors de notre premier séjour à Tabriz en Iran, de faire un tour à Kandovan. J’ignore qu’elle est cette ville mais quand il s’agit de découvrir de nouveaux lieux, surtout dans ce pays que je chéris tant, je suis toujours partante ! Nous voici donc tous ensemble dans la voiture : Monsieur A, son père, son frère, son cousin Hossein et moi-même à écouter la pop iranienne de “Tehrangeles” à fond dans nos oreilles.

Mon foulard sur mes cheveux, quelques mèches dépassant, je regarde les paysages qui défilent devant mes yeux. La voiture file à travers les villes et les villages plus au moins récents et le long de la route, de nombreux drapeaux iraniens flottent au vent. Les beaux et nouveaux immeubles de Tabriz et des villes Khosrowshah(خسروشاه) et d’Osku (اسكو) laissent place aux petites maisons en pierre et aux habitations de fermiers et de bergers. Nous rions à gorges déployées en voyant deux jeunes sur des mobylettes faisant les fiers ! Ils font les malins en faisant des wheelings mais aucun des deux ne semblent remarquer que leurs pantalons ne couvrent pas le haut de leurs fesses…

Soudain, les villages disparaissent et on arrive sur un vaste plateau aride, presque désertique. Au loin se dessine plusieurs monts dont surement le mont Sahand. Quelques troupeaux de moutons tentent de se nourrir du peu de végétations. Sur le bas coté, une voiture est stationnée et le conducteur a monté un stand de fruits. Une bonne pastèque bien sucrée ne serait pas de refus par cette chaleur, mais nous arrivons bientôt.

Sur la route entre Osku et Kandovan
Vendeur de fruits en bord de route
Joe le taxi, il va pas partout…
Bienvenue à Kandovan

Visiter Kandovan : sortie préférée des Tabrizis

On arrive enfin à Kandovan ! Comment le sais je ? Une énorme pancarte aux couleurs délavées est installée au bord de la route. “bé dehkadeyé touristi Kandovan khosh amadid” qui veut dire “Bienvenue dans le village touristique de Kandovan”. La photo du village est accompagnée du portrait des deux guides suprêmes bien sur. De chaque coté de la route, des dizaines et des dizaines de voitures sont plus ou moins garées. Kandovan c’est LA destination (avec Ourmieh ) du weekend pour de nombreux habitants de Tabriz. C’est comme nous, les normands, qui allons à Honfleur ou à Etretat dès qu’il fait beau.

On commence à se dire qu’on ne trouvera jamais de place où se garer mais Hossein a une idée. On va tenter le coup de bluff et se garer sur le parking du seul hôtel de la ville, le Laleh Kandovan Hotel. Avant de visiter Kandovan, Hossein demande à un des employés de l’hotel si il peut trouver quelqu’un pour faire découvrir l’établissement “à ses amis français”.

Et hop, nous voici en train de visiter une des chambres, enfin plutôt une suite. Les murs en pierres permettent à la pièce d’être extrêmement fraîche, ce qui nous fait du bien. Meubles en bois, pierres apparentes partout, jacuzzi, on y resterait bien une nuit. Attention par contre, c’est assez bas de plafond. Nous regardons ensuite les montagnes qui entourent le village : impossible de compter les dizaines de colonnes de tuf qui servent d’habitations.

On descend les marches de l’hôtel et la tache est ardue ! En effet, la descente est assez raide et il faut de bons mollets pour s’aventurer dans certaines ruelles de la ville.

Un monde presque irréel

On se rapproche alors du cœur du village. En contre bas coule une rivière mais impossible d’entendre le bruit des flots : bruit de klaxons, de motos, de touristes parlant iranien ou azéri. Ce village sorti de nulle part est extrêmement bruyant et vivant. Le long de la route principal, on trouve de nombreux vendeurs d’artisanats (tapis, sacs,..) mais aussi des vendeurs d’épices et de fruits.

En levant la tête, les cônes de tufs pointent vers les ciels et à travers ceux ci ont découvre les habitants de cette ville qui vivent ici depuis des générations. On se croirait comme coupés du monde, dans une autre dimension ou dans un autre temps.

Le village de Kandovan

Quand visiter Kandovan

Kandovan se situant dans une région montagneuse, mieux vaut éviter l’hiver si vous n’aimez pas le froid et la neige (jusqu’à -27°C). Par contre, si vous aimez l’alpinisme, il y a de quoi faire de belles randonnées dans le coin. Si vous souhaitez découvrir le village sans trop de foule, évitez les fins de journée ainsi que le vendredi et le samedi (jour de weekend en Iran). Privilégiez les matinées ou la tombée de la nuit.

Le droit d’entrée dans le village est de 30.000 IR (aux dernières nouvelles). Pour séjourner sur place, vous avez le Laleh Kandovan Hôtel mais certains habitants font chambre d’hôtes ce qui vous permettra d’expérimenter la bienveillance, la générosité et la gentillesse des iraniens.

Le bordel organisé dans Kandovan

Comment y aller ?

A partir de Tabriz, il faut se rendre à la gare (Tabriz Railway Station) pour prendre un minibus à la ville d’Osku. Une fois dans la ville d’Osku, vous n’avez plus qu’à trouver un taxi pour aller à Kandovan. Vous pourrez lui demander (si vous arrivez à vous faire comprendre) de vous attendre le temps de visiter Kandovan en payant un peu plus cher.

Info à vérifier : il y aurait des minibus qui partiraient de Tabriz près de Golestan Park, et le Tourist Information Center près du bazar organiserait des excursions. Si vous avez vérifier ces informations par vous même dites le nous en commentaire.

J’espère que ces quelques photos et ce récit vous auront donné envie de découvrir l’Iran et surtout le village de Kandovan. Le Nord Ouest de l’Iran est souvent délaissé par les voyageurs, préférant la capitale, Tehran ou ses villes mythiques comme Esfahan ou Shiraz. Il y a pourtant tant de trésors à découvrir comme le prouve ce village troglodyte.

Kandovan

Tes impressions, tes commentaires juste ici :

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :