Nous partons ensemble au nord de l’Azerbaïdjan, découvrir la perle du Caucase : Sheki. Je suis tombée amoureuse de cette ville qui regorge de richesses en tout genre. Surement mes plus jolies moments en Azerbaïdjan.

Nos trois jours à Sheki

De Baku à Sheki : vers les montagnes du Caucase

Ayant une grosse valise, nous n’avons pas opté pour les transports en commun mais nous avons fait appel à un chauffeur. Nous partons donc de bonne heure de notre hôtel à Baku vers le nord, direction le Grand Caucase et la ville de Sheki, ses caravansérails et son palais.

Pendant presque 6h, nous avons roulé et regardé les paysages défiler devant nos yeux. Nous quittons l’effervescence de Baku pour des endroits plus calmes. Au revoir grandes avenues, torrents de voitures et champs de puits de pétrole sur les terre arides ! Les collines verdoyantes défilent devant nos yeux avec rien d’autre à l’horizon que la nature et quelques troupeaux de moutons. La route commence à suivre les courbes des vallées et les lits des rivières. Tout d’un coup, les premières montagnes s’offrent à nous, au loin. La neige couvre encore les sommets alors que les vergers sont timidement en fleurs.

Sheki : le charme de la Province

Nous posons nos valises dans notre chambre et nous sommes accueillis par un thé et quelques Sheki Halvasi. L’impatience nous prend et nous sortons dans la rue découvrir Sheki, l’une des villes les plus visitées de l’Azerbaïdjan. J’aime les rues de Sheki : ses petits caniveaux comme en Iran, son rythme tranquille, ses hommes buvant du thé et jouant au nard, le backgammon. Tout d’un coup, nous entendons la voix du muezzin descendre du ciel. Devant nous se trouve la Mosquée du Vendredi et c’est l’heure de la prière. On peut être croyant ou pas, on ne peut nier la dimension mystique de la voix du muezzin !

Nous marcherons ensuite vers les anciennes rues de Sheki, ses caravansérails, son palais et ses musées. Les deux jours qui suivront seront malheureusement assez pluvieux. Nous ne pourrons pas aller voir les ruines de Gələrsən-Görərsən, mais nous découvrirons des ruelles cachées, un bazar vivant, et l’église albanaise de Kish.

“Chers habitants de Sheki…”

Nous croiserons de nombreux habitants lors de notre séjour. Les plus jeunes osent nous parler “Hello“, “Welcome to Sheki“,… Certains anciens, eux, nous regardent avec un air plus interrogateur. Je suis sur qu’ils se demandent ce que nous faisons ici… Nous sommes d’ailleurs les seuls voyageurs dans notre hôtel, à cette période de l’année. Au bazar, on me sourit, on me fait sentir des épices, on tente de me parler en russe ou en azéri mais je ne sais pas répondre alors je souris.

Monsieur A. est un peu l’attraction à chaque rencontre. Comment se fait-il qu’un Français parle azéri ? Alors, on explique : l’enfance, l’Azerbaïdjan iranien, tout ça… De toute façon, on n’a pas toujours besoin de se parler pour se comprendre comme cette femme de ménage qui me fait signe et qui me fait visiter “en secret” une chambre du caravansérail. On en a pleins des anecdotes comme cela mais ce serait trop long à écrire et cela ne vous ferait peut-être pas autant sourire que nous. Par contre, je peux vous dire qu’on a été superbement bien accueillis, et qu’on se disait tous bonjour d’un bref “Salam” comme si nous nous croisions entre voisins.

Les Trésors de Sheki que il ne faut pas manquer

Le Palais d’Été du Khan (Şəki Xan Sarayı)

Ce Palais d’Été est un petit bijou architectural. Il faut monter une grande rue qui part de la Mosquée du Vendredi pour atteindre ce palais qui date du XVIIIème siècle.

On arrive dans une jolie cour à l’ombre de grands arbres, avec en face du palais, un grand bassin comme dans les maisons iraniennes. La façade du bâtiment est richement ornée de motifs géométriques ou encore par des arabesques et des motifs floraux. De chaque coté se trouve deux entrées : une pour le Khan, l’autre pour les invités. Au dessus de ces entrées , on trouve des balcons dont le plafond est creusé et couvert de miroirs. Le jardin n’est pas en reste : il possède une petite fontaine et surtout une belle vue sur la ville et sur les montagnes alentour.

Un intérieur exceptionnel

Déjà, l’extérieur du palais est exquis mais l’intérieur est juste hallucinant ! Malheureusement pour nous, on ne peut pas prendre de photos ou filmer les lieux… Il vous faudra donc bien faire marcher votre mémoire pour garder en tête ce trésor exceptionnel. La salle principale est couverte des murs au plafond de fresques peintes comme des miniatures persanes gigantesques. Motifs floraux, gazelles, grenades, pastèques, lions, oiseaux, on ne sait où regarder. Dans la chambre du Khan, on trouve le même genre de fresques sauf que nous y trouvons plus de 2000 personnages peints représentant une bataille.

Jeu de Lumière

A lire aussi : Voyager en Azerbaïdjan, impressions et choses à savoir.

On trouve au plafond un certain nombre de miroirs pour refléter les lumières des bougies. C’est comme cela qu’on éclaire une pièce au XVIIIème siècle. Mais les plus beaux jeux de lumières sont crées par les fenêtres en “Shebeke“. Ce système de vitraux laisse passer la lumière, teintée alors en bleu, rouge ou jaune, lorsqu’elle traverse le verre. J’avais l’impression de me trouver dans un kaléidoscopique géant !

Le “moins connu” Palais d’Hiver du Khan (Şəki xanovların evi)

Si vous quittez l’enceinte du palais du Khan et de ses murailles et que vous vous baladez dans les ruelles juste à coté, vous trouverez le Palais d’Hiver du Khan. Celui-ci est moins richement décoré mais vous pouvez voir une pièce entièrement couverte de fresques comme dans le Şəki Xan Sarayı.

Sheki Şəki xanovların evi

Les Caravansérails de Sheki (Karvansaray)

Les Caravansérails sont des lieux où les caravanes de marchands pouvaient faire une halte. C’est souvent un grand bâtiment rectangulaire avec en son centre une grande cour. Autour de cette cour se trouvent plusieurs arches avec des pièces où l’on pouvait dormir, manger, et faire reposer les bêtes.

Sheki possédait à une époque cinq caravansérails mais il n’en reste plus que deux. Le premier est en travaux depuis plusieurs années. Le second , lui, a été reconverti en hôtel mais vous pouvez tout de même rentrer dans la cour. L’entrée principale est juste immense ! On se retrouve sous une gigantesque coupole et on imagine facilement les caravanes de chevaux ou de dromadaires en train de rentrer. Au centre se trouve un jardin et un bassin où devaient surement boire les bêtes. Tout autour se trouve une multitude de chambres où se reposaient les marchands et les voyageurs.

Vous pouvez y dormir à votre tour si vous le désirez et les prix sont très abordables : 35 manats pour une chambre simple soit 17€ la nuit, mais le confort est assez limité.

Sheki Caravansérail
Sheki Caravansérail

Une Balade dans la Vieille Ville

A partir de la Mosquée du Vendredi, il faut remonter la rue Mirza Fatali Akhundzada jusqu’au Palais du Khan. Vous trouverez toutes sortes de boutiques, de lieux saints, de fontaines avec des portraits de martyres,… Le mieux c’est de se perdre dans les rues alentours pour découvrir de petits trésors : un chaïkhana, un vieux cinéma, des scènes de vies,….

Une promenade au Bazar de Sheki (Təzə Bazar)

Je crois que c’est l’une des choses que je préfère faire lorsque je voyage : j’adore me promener dans les marchés et les bazars. On découvre toujours de nouvelles odeurs, de nouvelles saveurs,… C’est coloré, c’est vivant, c’es bruyant et c’est l’âme d’une ville.

A Sheki, comme de nombreux bazars orientaux, les marchands sont organisés par secteur. On a le coin du bricolage, le coin des vêtements, celui de la viande, des épices,… Personnellement, j’ai un gros soucis avec la viande. Déjà je suis pas fan visuellement de la viande crue mais alors en dehors d’une armoire réfrigérante et pendue sur un crochet… A chaque fois, je fais une fixette sur ça !

Sinon, j’ai adoré me promener dans le bazar de Sheki. On me proposait une tonne de choses à acheter en me parlant en russe sauf que je n’en connais pas un seul mot. Je répondais donc encore une fois d’un sourire. Le seul regret de cette visite : la pluie ! Il y a qu’une petite partie du marché qui est couvert sinon ce sont des bâches qui sont tendus de stands en stands. On a du slalomer entre les gouttes pour finalement rentrer un peu trempés.

Manger Piti …

Piti, c’est le plat local par excellence, LA spécialité. C’est une sorte de ragoût ou de soupe de mouton, avec des pois chiches, des châtaignes, et d’autres légumes comme des carottes ou des pommes de terre. Il est cuisiné traditionnellement dans un pot en argile qu’on vous emmènera ensuite à table. Piti, c’est deux plats en un à cause de sa façon de le manger. On doit tout d’abord verser le bouillon dans une assiette creuse avec du pain à l’intérieur. Cela fait office de soupe. Ensuite, il faut enlever la viande et les légumes pour écraser le tout dans l’assiette, ce qui donne le plat principal.

Je dois vous confesser quelque chose : je n’ai pas goûté Piti. J’ai un peu de mal avec la viande d’agneau alors la viande de mouton, on en parle même pas. Mais les locaux en raffolent et si cela vous tente, vous pourrez même en trouver dans certains restaurants en dehors de Sheki comme à Baku par exemple.

… et goûter Sheki Halvasi (Şəki halvası) avec un thé

Ce dessert se trouve dans de nombreuses boutiques de la ville. On l’appelle aussi Şəki paxlavası, pakhlava de Sheki. C’est un gâteau en forme de très grand rond que le vendeur vous coupera en part. C’est à base de farine de riz, de sucre, de noisettes et d’épices tels que le safran et la cardamome. Cela ressemble aux Bakhlavas sauf qu’au dessus de la farce, on ne trouve pas du feuillage mais une sorte de grille faites de couches de pâtes de farine de riz cuites, superposées les une sur les autres. Un quadrillage rouge, fait au safran décore souvent le dessus du gâteau mais il peut y avoir d’autres sortes de motifs. Le tout est imbibé d’un sirop de sucre et d’eau. Promis, un jour, on trouvera une spécialité un peu plus light…ou pas !

Les Musées de Sheki

Vous trouverez plusieurs petits musées à Sheki comme le Musée d’Histoire et d’Ethnographie. Ce qui est vraiment dommage, c’est que les musées de cette ville ont un énorme potentiel ne serait-ce que par leurs collections d’objets, mais ils sont très vieillissants et il n’y a pas forcement de panneaux explicatifs en anglais. La personne qui nous a fait visiter nous parlait en azéri et Monsieur A. me faisait la traduction (lorsqu’il comprenait). On a vu des armes, des ustensiles en cuivre, des bijoux, qui datent de centaines d’années mais qui mériteraient plus de mise en valeur. J’espère que le développement du tourisme permettra une meilleure visibilité de ce patrimoine si riche !

Sheki Musée de l'ethnologie

Découvrir l’artisanat local

A Sheki vous découvrirez la technique du Shebeke. Ce sont des fenêtres constitués de verres colorés comme les vitraux. Par contre, la technique ne demande ni clous, ni colle. Les morceaux de verre doivent tenir imbriqués dans leurs armatures de bois. Il y a de très jolies fenêtres en Shebeke dans le Palais du Khan, et c’est cela qui donne cet effet Kaléidoscope.

On trouve aussi de la soie à Sheki. Vous pourrez trouver un grand nombre de foulards ou de beaux tapis en soie à Şəki İpək, un magasin d’usine au nord de la ville. Il faut savoir que j’y ai acheté un joli foulard et qu’une fois revenus à Baku, j’en ai vu un très ressemblant au mien au Musée du Tapis mais celui-ci coûtait deux fois plus cher qu’à Sheki.

Organiser son voyage à Sheki

Comment aller à Sheki et se déplacer dans la ville

Il y a des bus qui font tous les jours le trajet Baku-Sheki. Ceux-ci partent de la gare routière à proximité de la station de métro 20 Yanvar (20 janvier). Vous pouvez aussi trouver des marchroutka et des taxis collectifs qui seront bien plus rapide mais il faut accepter de voyager un peu serrés les uns aux autres.

Vous pouvez aussi aller de Baku à Sheki en train. Les trains sont assez lents en Azerbaïdjan et le trajet de quelques heures de voiture prendra ici une nuit complète. De plus, la gare de Sheki se trouve en dehors de la ville à une quinzaine de kilomètres et il n’y a pas toujours de taxis qui attendent à l’arrivée. Il vaut mieux demander à l’hotel de vous en prévoir pour votre arrivée.

Sur place, il est très facile de se déplacer à Sheki et on peut se promener à pied car les distances ne sont pas excessives. Vous pouvez prendre un des minibus de ville comme le numéro 11 qui vous emmène de la gare routière au caravansérail et au Palais du Khan. Les principales destinations sont notées sur le pare brise.

Sinon, il est toujours possible de prendre un taxi et ils sont assez nombreux surtout autour du bazar et en face de la Mosquée du Vendredi. Donnez votre destination, négociez votre prix ou pas et c’est parti.

Les minibus au Bazar de Sheki

Où dormir à Sheki

Comme je vous l’ai dit plus haut, vous pouvez aller au Karavanserail pour dormir dans un lieu exceptionnel chargé d’histoire mais le confort est assez spartiate et l’ensemble est très vieillot.

Personnellement, nous avons séjourné au Yaffle Inn Shaki Boutique Hotel. Nous étions les seuls clients (à part une nuit) et tout le personnel était au petit soin avec nous. Parfois, il y a eu quelques petites déconvenues (comme la disparition de l’eau chaude) qui nous ont fait rire et le personnel a tout fait pour que notre séjour se passe très bien. Le propriétaire nous a même trouvé un super chauffeur pour nous emmener jusqu’à Lahic et on oubliera pas de si tôt ce moment tant on a ri lors du trajet !

Où manger à Sheki

Alors, accro à la junkfood, passez votre chemin. Il n’y a pas un fastfood à l’horizon et c’est tant mieux. Sheki n’est pas une grande ville donc vous n’aurez pas à vous décider entre une trentaine d’adresses. Je ne suis pas sur que le fait d’aller au restaurant soit quelques choses de régulier chez les habitants, cela doit arriver de manières exceptionnelles.

Nous sommes allés deux fois au Chelebi Khan (Çələbi Xan). Nous avons mangé des kebabs (viande cuite au barbecue, rien à voir avec le Döner Kebab), mais aussi un “Saj“, un plat qui est cuisiné dans une sorte de grande poêle traditionnelle…un délice !

Derniers Conseils

  • Ayez un peu d’argent sur vous. Beaucoup de commerces et de sites touristiques ne prennent pas la carte.
  • Avoir une tenue descente. Vous êtes bien loin de la capitale avec une population plus proche des traditions; On évite les shorts ou les robes très courtes.
  • La frontière russe n’est pas loin. Si vous voulez faire des excursions dans les montagnes , évitez tout de même de traîner près de la frontière qui est à 15km à vol d’oiseau.
  • N’ayez pas peur d’être observé(e). Les anciens auront peut-être tendance à vous fixer se demandant quel sorte d’hurluberlu vous êtes. Un simple “Salam” rassure et donne un sourire.

Carte des incontournables de Sheki

Tes impressions, tes commentaires juste ici :

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :