Mis à jour le

Les Côtes d’Armor est le paradis des promeneurs et des amateurs de nature. Si cela vous tente aussi, je vous emmène avec moi sur l’île de Bréhat, un roc couvert de fleurs à quinze minutes de Paimpol. Comment aller sur l’île de Bréhat? Que peut-on y faire en une journée ?

Comment venir sur l’île de Bréhat

L’Île de Bréhat se trouve juste à coté de Paimpol dans les Côtes dArmor. Il vous faudra aller jusqu’à la pointe de l’Arcouëst pour accéder à la jetée où vous attendra votre navire. Si vous ne venez pas en voiture, sachez que vous pouvez prendre le train jusqu’à Paimpol. Ensuite, le bus N°24 vous emmènera à destination.

Vous aurez le choix entre deux compagnies de bateaux pour votre escapade à Bréhat : la compagnie Sur Mer Bréhat et les Vedettes de Bréhat. C’est grâce à cette dernière que nous avons passé Monsieur A, mes parents et moi-même une journée sur cette splendide île.

Je vous conseille de venir de bonne heure pour plusieurs raisons. Premièrement, plus vous arriverez tôt, moins vous aurez de queue à faire pour acheter le précieux sésame. Vous pouvez aussi réserver votre billet en ligne si vous le désirez. Ensuite, si vous désirez faire de la randonnée, partir tôt le matin vous évitera le soleil chaud de l’après midi dans la nuque (l’île est assez à découvert surtout au nord) et vous aurez tout le temps de faire le tour de l’île avant la fin de la journée. Enfin, le paysage est tellement changeant au fil des marées qu’il est intéressant d’y être du matin au soir pour en voir toutes les subtilités.

La traversée se fait assez rapidement. En à peine une dizaine de minutes, on quitte la terre ferme pour se retrouver au royaume des agapanthes et des hortensias. La traversée aller-retour vous coûtera 10,30€ par adulte (prix 2020). Sachez qu’avec les Vedettes de Bréhat, vous avez aussi la possibilité de faire le tour de l’île en bateau avant de débarquer, et cela contre quelques pièces supplémentaires.

L’histoire de Bréhat, l’île aux fleurs

Parler de Bréhat comme d’une île est un peu une erreur car Bréhat est en réalité un archipel de petites îles qui ont chacune leur caractère, et vous le remarquerez bien assez vite lors de votre balade sur place. L’île sud est plutôt fleurie et paisible alors que l’île nord est bien plus sauvage et rocailleuse.

Depuis la nuit des temps (j’exagère rien qu’un peu), l’île de Bréhat fut peuplée par les hommes. En effet, on retrouve des traces d’occupations humaines datant de la Préhistoire. Il faut dire qu’à l’époque, ces îles n’en étaient pas encore, les Cro-Magnons ont triché. Mais bien plus tard après la montée du niveau de la mer, il y a bien eu l’installation des gallo-romains. Enez Vriad de son petit nom breton, ne fut pas toujours une destination touristique comme à notre époque moderne : sa situation stratégique fit que l’archipel fût plusieurs fois pillé et incendié au Moyen Age et il devint alors parfois français, parfois breton, anglais ou même espagnol !

Les Bréhatins ont le pied marin

L’île fut aussi la demeure ou la « planque » de nombreux corsaires au XVIe siècle. Pour moi, Normande, j’ai l’impression qu’en lisant l’Histoire des villes de Bretagne, toute la région était un repère de corsaire ! A Bréhat, ces hommes donnèrent bien du fil à retordre à nos amis anglais. Mais tous les marins de l’île n’étaient pas seulement des corsaires, certains furent aussi des pêcheurs. Ceux-ci partirent pêcher dès le XV au large de Terre Neuve ou de l’Islande. Ils furent suivis ensuite par les pêcheurs de Paimpol. On appelle d’ailleurs ces hommes les « Terre Neuvas » ce qui permit d’enrichir les caisses de l’île et de nourrir ses habitants.

C’est au XIXe siècle que l’île commença à devenir une destination touristique tel que nous la connaissons actuellement. De nombreuses personnes connues firent le déplacement jusqu’ici comme Prosper Mérimée, les frères Goncourt, Paul Gauguin,… Dans cet archipel, où le breton fut pendant longtemps la seule langue parlée des Bréhatins, nombreux sont ceux qui viennent découvrir son vieux petit bourg, ses ports, son moulin à marée, mais aussi sa flore très variée et luxuriante qui lui donna son surnom : Bréhat, l’île aux fleurs.

Que faire à Bréhat en une journée

Se prélasser sur la plage du Guerzido

Si vous souhaitez prendre un bain de soleil ou piquer une tête dans l’eau bleu turquoise, allez donc poser votre serviette sur la plage du Guerzido, c’est la seule plage où il vous sera agréable de vous allonger sans torturer votre dos. En effet, ici vous trouverez sable fin et petits galets alors que le reste de l’île est plutôt escarpé et très rocheux. Entourée par deux bras de granits et exposée au sud, vous serez à l’abris du vent d’ouest. Juste à coté se trouve le centre nautique, Les Albatros pour vous proposer de la plongée, du kayak ou encore de la voile.

A lire aussi : Roadtrip en Bretagne, de St Malo à Cancale en Île-et-Vilaine

Découvrir le petit bourg, les villas et le Moulin à Marée

L’île de Bréhat fait partie de ces îles françaises qui abritent encore des habitants. D’ailleurs, elle fait partie de l’association des « îles du Ponant » qui a pour but de maintenir la vie insulaire et son patrimoine.

Lors de votre balade, vous tomberez amoureux des nombreuses villas portant le nom des familles qu’elles ont vu naître et de leurs magnifiques jardins fleuris. En haut d’une butte, vous découvrirez la Chapelle Saint Michel qui surplombe l’île à environ 30m au dessus de la mer.

L’un des lieux les plus connus de l’île est le Moulin à Marée de Birlot. C’est un des rares moulins de la sorte que je vois dans un si bon état. Contrairement à un moulin à vent qui est complètement dépendant des aléas du climat, le moulin à marée est fonctionnel à chaque fois que la marée descend. Attention, n’y allez pas à marée haute à part si vous voulez le voir complètement encerclé par la mer comme si il se noyait. Le moulin fut construit à partir de 1633 par le seigneur local, le Duc de Penthièvre. On y produit alors de la farine, le blé étant l’une des céréales les plus cultivées sur l’île. En 1920, un boulanger s’installa sur l’île et importait sa farine du continent. Les habitants tombèrent dingue de ce pain et le moulin du Birlot, n’étant plus rentable, cessa de tourner.

D’autres lieux offrent à Bréhat pleins de charmes et d’authenticité comme la chapelle Notre-Dame-de Keranroux, le Phare du Paon, le moulin de Crec’h-ar-Pot, la Croix de Maudez ou encore la Citadelle de Bréhat.

Faire une randonnée ou une balade à vélo

Quel plaisir de se promener sur l’île sans entendre le klaxon d’une voiture ou le vrombissement d’une mobylette… En effet, l’accès aux véhicules est interdit sur l’île sauf pour les secours. Bréhat, c’est le paradis de la marche à pied ou de la promenade à vélo. Longue de 3,5 km et large de 1,5 km, vous pourrez la découvrir en une journée ou deux si vous voulez en voir tout les recoins. Vous pouvez trouver des cartes à l’Office de Tourisme vous indiquant les 5 sentiers de randonnées possibles.

Nous avons posé le pied à Port Clos et nous avons marché jusqu’au nord de l’île où se trouve le Phare du Paon. La partie sud est très fleurie et paisible avec ses innombrables fleurs. Le bourg se couvrait d’une couverture bleue et mauve formée par des dizaines et des dizaines d’hortensias aux têtes gigantesques et d’agapanthes, l’un des symboles de l’île.

La lande sauvage de Bréhat

Lorsque nous passons le Pont ar Prat, le pont qui relie l’île sud à l’île nord, le paysage change complètement. Le petit village de campagne et son voisinage laisse place à la lande sauvage et aux rochers de granits roses qui semblent être tombés du ciel, ainsi qu’à la mer qui s’éclate sur les rocs. Tout au nord de l’île, le calme de la civilisation absente et le bruit des vagues permettent l’évasion et les rêves… A gauche du phare se trouve un gouffre un peu particulier. La légende dit que les jeunes filles venaient y lancer une pierre. Le nombre de rebonds de la pierre dans le gouffre aurait été équivalent au nombre d’années restantes avant leurs mariages.

Nous sommes ensuite redescendus en faisant un crochet par l’ouest, le Phare du Rosédo, le Sémaphore. On se retrouve alors devant l’anse de la Corderie. C’est ici que se trouve le premier port de l’île de Bréhat où les corsaires venaient faire une halte. J’ai adoré l’ambiance qui régnait dans ce petit port à marée montante, cela donnait envie de prendre le large. Nous sommes ensuite retournés au village pour boire un petit verre en terrasse après ces quelques heures de marche.

Comment passer une journée à Bréhat : quelques informations supplémentaires

  • Il n’y a pas de distributeurs de billets sur l’île. La plupart des commerçants prennent la carte bleue. Le distributeur le plus proche se trouve sur l’embarcadère de la pointe de l’Arcouëst.
  • Sur place, vous trouverez une supérette, une boulangerie, une épicerie, et un bar.
  • Vous pouvez prendre votre propre vélo mais vous n’aurez alors pas accès à tous les créneaux horaires possibles avec les Vedettes de Bréhat. Sur place, vous trouverez plusieurs loueurs de vélo si vous n’en possédez pas.
  • Sachez que si vous n’êtes pas à Paimpol vous pouvez aussi embarquer à Binic, Saint-Quay-Portrieux et Erquy grâce aux Vedettes de Bréhat.
  • Vous pouvez visiter la Verrerie qui se trouve dans la citadelle de Bréhat. Tous les jours en haute saison : 10h-13h et 14h-18h. 2€ l’entrée.

4 Comments

Write A Comment