Lors de notre voyage en Azerbaïdjan, nous avons passé plusieurs jours dans sa capitale : Bakou. J’ai personnellement adoré cette ville entre modernité et vieilles pierres, ses musées, sa frénésie de jour comme de nuit, ses coutumes et sa richesse culturelle. “Que faire à Bakou ?” vous demandez vous ? Je vous donne quelques pistes ainsi que quelques conseils pour découvrir cette capitale sublime.

Que faire à Bakou : Icheri Sheher

Icheri Sheher est l’un des endroits incontournables de Bakou. La vieille ville est un vrai labyrinthe avec une multitude de choses à voir et à faire. Lors de notre voyage, la capitale était en pleine effervescence car les préparatifs pour le Grand Prix de Formule 1 était en cours. Rentrer à l’intérieur de l’enceinte créée par les murailles de calcaire était un moment de calme très apprécié. Parcourez les ruelles entre les maisons traditionnelles aux loggias de bois et le linge qui sèche. Découvrez les petites places et les différentes mosquées qui subliment la vieille ville. Entre caravansérails, palais et hôtels particuliers, voyagez à travers le temps sur la Route de la Soie ou pendant le Boom Pétrolier.

Au sud d’Icheri Sheher se trouve Qiz Qalasi, la Tour de la Vierge, symbole de la ville de Bakou et les multiples légendes qui font son histoire. Vous trouverez tout autour de nombreux restaurants où manger un délicieux saj ou boire un thé azéri. N’hésitez surtout pas à faire une balade nocturne : l’éclairage donne des reflets dorés aux pierres ocres des demeures. Découvrez notre article sur Icheri Sheher ici.

que faire à Bakou - Icheri Sheher

Que faire à Bakou : la ville moderne

A coté d‘Icheri Sheher se trouve la ville moderne qui tranche avec la vieille ville. Rendez vous Place des Fontaines, le cœur de la ville, pour commencer la promenade. Entre les beaux buildings construits lors du Boom Pétrolier, prenez le temps de découvrir la vie bakinoise, ses jolis parcs et son effervescence. De nombreux musées se trouvent dans cette partie de la ville comme le Musée de la Littérature. Sa façade, une des plus jolies de Bakou, comporte 6 statues représentants les plus grands auteurs et poètes de la nation. Vous aurez aussi la possibilité de vous rendre au Musée de l’Histoire d’Azerbaïdjan qui est extrêmement intéressant (malgré parfois un manque de traduction en anglais).

Faites un peu de shopping ou prenez le temps d’une pause goûter dans l’un des cafés du centre ville. Vous remarquerez très vite que le thé est la boisson nationale et qu’on peut en boire partout ! Pour ceux qui souhaitent une boisson plus alcoolisée, cela vous semblera un peu compliqué car les bars et les pubs ne sont pas très visibles, mais ceux-ci prennent vraiment vie à la tombée de la nuit. D’ailleurs, une promenade lors du couché du soleil est un moment très agréable et vous verrez que les bakinois sont nombreux à se promener entre amis ou en famille à ces heures tardives.

Que faire à Bakou : une balade sur le Boulevard

Que faire à Bakou comme les locaux ? La réponse est surement une balade sur Bulvar. Le boulevard est une longue route piétonne qui longe tout le littoral de la Caspienne. Il part du Baku Crystal Hall jusqu’à la Maison du Gouvernement, Hökümət Evi. Pendant ces sept kilomètres, vous passerez devant de nombreux monuments et lieux mythiques de la ville comme la Grande Roue (Bakının Gözü), le Caspian Waterfront Mall en forme de fleur (encore en construction), le Musée du Tapis, … Vous aurez aussi une vue exceptionnelle sur une partie de la ville et les Flame Towers sur les hauteurs. Tout le long, reposez vous dans l’un des nombreux parcs, observez les joueurs d’échecs, montez dans une gondole dans Mini-Venise ou faites un peu de shopping dans le Park Bulvar Mall.

Que faire à Bakou : les bazars

Les bazars, c’est ma grande passion ! Qu’importe le pays, j’adore découvrir ses marchés locaux, sa population, et sa gastronomie. Nous avons fait deux bazars à Bakou qui sont le Yaşıl Bazar et le Tәzә Bazar.

Yaşıl Bazar se situe au nord est de la gare de Bakou sur Xatai Prospekti. C’est un énorme hall, un entrepôt, un vrai paradis pour les gourmand. Vous y trouverez des fruits frais, confits ou séchés, des épices, des fleurs ou de délicieuses sucreries comme les loukoums. En tant que touriste, on n’hésitera pas à vous faire goûter mille et une choses en espérant vous faire acheter. Soyez donc vigilant car les prix ont tendance à gonfler dès qu’on aura compris que vous êtes étranger. Faites un tour, observer où achètent les locaux, goûtez et négociez.

Tәzә Bazar (sur la rue Samad Vurgun) est bien plus authentique et plus vieux malgré son nom qui signifie “nouveau bazar”. Il me rappelle ceux d’Iran. Chaque coin du marché correspond à une corporation ou à un “rayon”. Dès l’entrée, on arrive dans une allée que je surnommerai “le bazar du bricoleur” : des clous, des pinces, des robinets,… Sur le moment, j’ai eu un peu de mal à marcher car je ne voyais que des hommes. Je me suis même demandée si j’étais bien au bon endroit. Puis finalement, une fois le “bazar du bricoleur” passé, on découvre les fruits, les légumes, le safran…

Par contre, j’ai eu beau faire plusieurs marchés dans ma vie, je n’arrive toujours pas à me faire à la vue de la viande et du poisson. Les morceaux de viande attendant d’être achetés, pendus sur des crochets, les esturgeons évidés pour le caviar : ça me donne toujours autant de frissons et pourtant cela m’hypnotise presque !

que faire à Bakou - Bazar

Les Flame Towers : symbole de Bakou

Pour aller sur les hauteurs et avoir un magnifique panorama sur la ville, il faut prendre le funiculaire qui se trouve devant le Musée du Tapis et le Musée du Mugham. Vous pouvez aussi prendre l’escalier mais sachez que ça monte dur, il vaut mieux prendre les marches lors de la descente. À votre arrivée, vous serez presque au pied des Flame Towers, ces trois buildings en forme de flammes, l’un des symboles de l’Azerbaïdjan. Juste à coté se trouve la magnifique Mosquée Turque qui vous rappellera l’architecture de la célèbre Mosquée bleue d’Istanbul.

Pour accéder au panorama que je vous ai promis, traversez l’Allée des Martyrs, boisée et émouvantes avec les tombes des hommes et des femmes qui sont tombés lors de la guerre d’Indépendance et pendant le conflit du Haut-Karabakh. A votre gauche, vous verrez une belle terrasse où vous aurez une vue imprenable sur la ville, sur la baie et la Mer Caspienne. Au bout de l’Allée des Martyrs se trouve le Mémorial des Martyrs où brûle une flamme éternel. Le lieu est ouvert toute la journée alors venez à la tombée du jour voir la ville s’illuminer.

que faire à Bakou

Que faire à Bakou : pourquoi pas une excursion en dehors de la ville

Bakou a énormément de surprise à dévoiler mais ses alentours ne sont pas en reste. Si vous le pouvez et si le temps vous le permet, tentez de partir à l’aventure dans la périphérie de la ville.

A une heure de route, dans la réserve de Gobustan, se trouve les volcans de boue. L’Azerbaïdjan possède la plus grande concentration au monde de ces volcans si insolites. Découvrez notre article complet sur le sujet juste ici. A coté, se trouve le Parc national de Gobustan et ses pétroglyphes, des dessins préhistoriques gravés dans la roche.

A l’est de Bakou, sur la péninsule d’Absheron, deux sites sont extrêmement connus : Ateshgah et Yanar Dag. Ateshgah est un ancien temple zoroastrien. Le Zoroastrisme est l’une des plus vieilles religions au monde et ancêtre de nos croyances monothéistes. Quelques kilomètres plus loin se trouve Yanar Dag, la Montagne de Feu. Des flammes éternelles, brûlant depuis des années, sortent de terre. On comprend mieux pourquoi l’Azerbaïdjan est surnommée la Terre de Feu.

Que faire à Bakou : manger !

Si vous êtes comme nous, vous adorez découvrir, goûter (dévorer) la gastronomie locale et je peux vous dire que vous serez servis en Azerbaïdjan ! Vous trouverez énormément de plat à base de riz : plov. Celui-ci est accompagné de différentes manières : agneau, poulet, fruits secs, jus de grenade. On vous conseille aussi de tester les kebabs azéri : des brochettes de viandes ou de légumes grillés au feu de bois. Si vous avez un peu froid, il y a aussi de nombreuses soupes et bouillons (dont ma préférée, dushbara, un bouillon avec des ravioles à la viande).

Coté pâtisserie, vous aurez aussi le choix entre les shekerburas, les pakhlavas, le Sheki Halvasi, le halva ou encore les loukoums !

Bakou, en tant que capitale, a beaucoup de choix à vous proposer. En plus de la cuisine azéri, vous trouverez de la gastronomie russe, géorgienne, turque, indienne, asiatique et aussi quelques grandes chaines de fastfood américaine.

Que faire à Bakou : le guide pratique dans la capitale de l’Azerbaidjan

Quitter l’aéroport :

L’aéroport se trouve à 25 kilomètre de la ville. Sachez qu’il y a une navette mise en place depuis 2017 qui circule toutes les 30 minutes en journée et toutes les heures de 21h à 6h du matin (info2019). Le prix est dérisoire (1.5 AZN, soit 0.80cts d’euros) et vous emmènera en centre ville.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi prendre un taxi. La course est environ de 30 AZN (soit 15€, mais cela peut légèrement varier avec le prix de l’essence). Négociez toujours le prix avant de monter dans le taxi. Si on vous en demande le double, on vous prend alors pour un pigeon. Si vous ne vous sentez pas d’attaque à négocier dès votre arrivée, prenez contact avec votre hôtel pour leur demander de négocier un taxi pour votre arrivée. Certains grands établissements possèdent un service de navette et vous trouverez aussi certaines agences qui proposent des shuttles.

que faire à Bakou- Musée Heydar Aliyev

Le logement :

Tout dépend de vos attentes et de votre budget. En centre ville et dans Icheri Sheher, vous trouverez de nombreuses guesthouses et des boutiques hôtels à des prix variables (allant de 20€ à 100€ la nuit pour le Hilton par exemple). Vous serez alors proche de tous les sites importants de la ville.

En dehors du centre ville, vous trouverez de nombreux complexes hôteliers à des prix attractifs. Ces hôtels sont, par contre, excentrés et vous demanderont un peu de marche ou l’usage des transports en commun pour vous déplacer. Dans notre cas, c’est ce que nous avions choisi. Nous avons séjourné dans une Chambre Deluxe (avec baignoire jacuzzi !!) à l’Excelsior Hotel & Spa pour 73€ la nuit. L’hôtel avait une navette qui nous déposait en centre ville.

L’argent :

Baku est une ville qui bouge et qui reçoit la visite de beaucoup d’étrangers. Vous n’aurez donc aucun problème à échanger votre argent. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Échanger votre argent sur place : vous pouvez partir avec votre argent et l’échanger dans un bureau de change. Personnellement, j’y comprend pas grand chose alors je ne le fais pas. Faites toujours attention au taux appliqué et aux frais que le bureau peut vous facturer. Comparez les taux d’un bureau à l’autre car ils peuvent être multipliés par cinq dans certains.
  • Retrait en carte : Les retraits sont souvent payants. Vous payerez environ 3€ de frais fixe et un petit pourcentage. Mais, le taux de change appliqué lors des retraits aux distributeurs sont souvent beaucoup plus intéressants que dans les bureaux de change. Avant mon départ, j’ai pris pour un mois une option internationale qui m’a permis de retirer et payer en carte sans frais. Il me semble que cette option coûtait dans les 6€. Renseignez vous auprès de votre agence.

ATTENTION : la monnaie locale, le Manat, ne s’échange pas en dehors du pays. Veillez à le changer en euro ou en dollars avant votre sortie de l’Azerbaïdjan. De plus, prévenez toujours votre banque avant votre départ si vous prévoyez des paiements par carte. Cela évitera un éventuel blocage de celle-ci.

Comment se déplacer en ville :

La ville de Bakou possède un métro très pratique dont le parcours suit la Mer Caspienne et qui permettra aussi d’aller dans les quartiers nord. Elle dessert la gare routière (près de la station 20 Yanvar) et la gare ferroviaire (28 May).

Vous pouvez aussi utiliser le bus mais cela semble moins facile. Il n’y a pas toujours d’informations ou d’horaires affichés aux arrêts. De plus, si vous ne parlez pas russe ou azéri, ce n’est pas évident de demander des renseignements auprès des chauffeurs.

Les taxis sont très abordables pour se déplacer en ville. Nous l’avons pris une fois à Bakou (et un aller retour à Sheki). Vous les reconnaîtrez facilement : ils ressemblent aux taxis anglais mais couleur aubergine. Négociez le prix et installez vous. Nous avons payé 5 manats pour 5 kilomètres (soit deux euros environs) pour aller de la gare à notre hôtel.

De manière générale, les trajets en centre ville se font facilement à pied. Les trottoirs sont larges et bien entretenus. On pourrait croire qu’avec la circulation dense, il est difficile de traverser ces énormes avenues. Don’t Worry ! De nombreux passages souterrains (avec souvent des escalators) vous permettent de passer d’un coté de la route à l’autre sans se faire tailler un short.

Notre petit tour à Bakou se termine ici mais si vous avez des questions sur cette destination, je me ferai une joie d’y répondre. Franchement, j’ai adoré Bakou (et le reste de l’Azerbaïdjan) et j’adorerais y retourner un jour. Je suis sûr qu’il reste encore plein de choses fabuleuses à découvrir. En tout cas, si cela vous tente, sautez le pas, vous ne serez pas déçus !

Tes impressions, tes commentaires juste ici :

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :