Quartier parfois oublié de Cracovie, Podgórze a pourtant beaucoup de choses à nous offrir et à nous apprendre. Il suffit de traverser la Vistule pour entrer dans ces rues marquées par l’histoire. Entrez donc dans l’ancien ghetto de Cracovie.

Cracovie : de Kazimierz à Podgórze

Auparavant Podgórze était un petit village tout près de Cracovie. Les deux villes finirent par se rejoindre de par leurs extensions. Podgórze devient alors un arrondissement de la ville. On connait surtout ce quartier à cause de son utilité lors de la Seconde Guerre Mondiale .

En mars 1941, tous les juifs de Cracovie, qui vivaient en grande partie à Kazimierz, furent expulsés de leur demeures et durent partir vivre entre les murs du ghetto de Podgórze. Plus de 3000 habitants ont abandonné leurs maisons pour que celles-ci puissent accueillir plus de 150 000 juifs. Inutile de vous dire que le lieu était exiguë pour tant de monde !

On trouvait dans ce ghetto des usines et des ateliers qui appartenaient aux nazis ou à des patrons partisans du régime. C’est d’ailleurs dans ce quartier que se trouvait la fabrique d’émail d’Oskar Schindler. Elle était en dehors des limites du ghetto, ce qui permettait aux juifs d’en sortir et de tenter du troc ou de la contrebande.

Le ghetto fut liquidé entre le 13 et le 14 mars 1943 et les nazis effectuèrent un tri : les enfants, les malades, ainsi que les vieillards furent assassinés ou déportés.

Rynek Podgórze et L’église Saint Joseph

Si vous arrivez par le pont Pilsudkiego ou la passerelle piétonne Bernatka, vous arriverez sur la place principale, la place du marché : Rynek Podgórze. Sur cette place, on peut voir plusieurs traces du passé comme ce bâtiment, Dom Pod Czarnym Orlem, qui servait d’auberge avec son aigle sur la façade. Au n°1 de cette place se trouvait l’ancienne mairie de Podgórze mais c’était aussi le Judenrat.

Au fond de cette place se trouve une imposante Église St Joseph avec sa façade néogothique. Profitez en, c’est l’une des plus belles églises de Pologne et peu de touristes traversent la Vistule et donc ne la voient. Sa façade fait presque penser à un château de contes de fées et on aime surtout sa couleur rouge chatoyante qui contraste avec le vert des toits.

Entre les murs du ghetto

En regardant la rue Jozefinska et ses façades abîmées, on ne peut qu’imaginer la beauté du quartier surtout lorsqu’on voit l’architecture de certains des immeubles.

L’orphelinat du ghetto était situé au n°10/12 juste à coté de l’hôpital au n°14. Les œuvres sociales, elles, se trouvaient au n°18. Devant chaque bâtiment, vous trouverez des textes explicatifs et vous serez accueilli(e)s au début de la rue par une très belle oeuvre de Street Art.

Vous pouvez aussi voir un restant du mur du ghetto au niveau du 60 rue Limanowski.

Plac Bohaterów Getta de Podgórze : les héros du ghetto de Cracovie

Si il y a un endroit qu’il de faut pas manquer de voir à Podgorze, c’est la Plac Bohaterów Getta, la Place des Héros du Ghetto.

Lorsqu’on arrive, on ne peut être que surpris : la place est vide hormis toutes ces chaises disposées ça et là. Elles attendent les milliers de juifs qui furent tués pendant la Shoah. Lorsque ceux-ci étaient déportés, ils tentaient d’emporter ce qu’ils pouvaient : vêtements, vaisselles, tableaux mais aussi du petit mobilier comme des chaises. Cette place s’appelait la place Zgody et c’est ici que les nazis rassemblaient leurs victimes avant la déportation.

Podgórze cracovie

Aptek Pod Orłem

L’Aptek Pod Orłem était la seule pharmacie du ghetto. Son propriétaire, le docteur Pankiewicz refusa de partir du quartier. Pendant deux ans, il tenta d’aider la population par tous les moyens : soins, faux-papiers, colorations des cheveux des plus vieux,etc… L’intérieur de la pharmacie a été restaurée et transformée en musée pour expliquer l’histoire du ghetto ainsi que les actions menées par Tadeusz Pankiewicz.

Podgórze cracovie

L’Usine Oskar Schindler

Je crois que c’est ce que je voulais absolument voir dans le quartier de Podgorze, mais aussi dans tout Cracovie. J’ai connu la vie d‘Oskar Schindler grâce au film de Spielberg et je pense que c’est l’un des films qui m’a le plus marqué.

Arriver devant l’usine est déjà très émouvant… On voit alors le portail, ce grand portail qui a du voir passer chaque matin et soir les juifs de Schindler allant au travail. Juste à coté, il y a des dizaines de photos d’hommes et de femmes qui ont pu survivre grâce au propriétaire de cette usine. Et ensuite il y a cette phrase du Talmud sur une plaque au mur : “Qui sauve une vie, sauve le monde entier”.

Un musée de grande qualité

Le musée permet une réelle immersion dans la vie de Cracovie en 1940. Au fur et à mesure, on traverse différents lieux reconstitués comme une rue, des magasins, le tramway tout en suivant chronologiquement les événements tragiques de la Seconde Guerre.

A lire aussi : Kazimierz à Cracovie : entre quartier juif, Street Art et jeunesse.

La scénographie est hallucinante, on s’y croit réellement ! On entend le sifflement des balles, les chants des marches militaires… A un moment donné, on tombe nez à nez avec de grands drapeaux nazis tombant du plafond, les murs placardés d’affiches d’interdictions. Mon sang se glace…

On arrive enfin dans le bureau d’Oskar Schindler et on apprend sa vie, ses œuvres, ses déboires et aussi la liste de ceux qu’il a sauvé…

Je ne peux que conseiller la visite de ce musée. On a adoré les musées en Pologne car la scénographie est très bien pensée, mais celui-ci est mon coup de cœur !

Podgórze :Tertre de Krakus, l’un des plus connu de Cracovie

Après autant d’émotions dans le musée Oskar Schindler, rien ne vaut une petite ballade jusqu’au Tertre de Krakus.

Pour cela il faut aller vers le sud, dans les hauteurs de Podgorze. Vous passerez à coté de l’église de Saint Benoît, dont on ignore l’histoire à part le fait que c’est une des plus vieilles églises de la ville. Juste à coté, à travers les broussailles se trouve le fort Saint Benoît qu’on ne peut visiter.

Une fois passé la passerelle au dessus de la grande route et avoir monté une bonne côte, on arrive enfin au niveau du Tertre de Krakus. On dit que Krakus, fondateur de Cracovie, y serait enterré, mais personne ne le sait actuellement. Une fois monté en haut de ce tertre, on a une vue exceptionnelle sur toute la ville.

La Carrière Liban

Juste après le Tertre de Krakus, en contrebas, se trouve la carrière Liban. On peut d’ailleurs encore voir quelques vestiges des fours à chaux. Pendant la guerre, elle servit de camps de travail pour les prisonniers polonais et ukrainiens. Mais c’est aussi ici que Spielberg tourna les images du camp de Plaszow. On voit d’ailleurs de loin les poteaux à barbelés placés pour le film. Si vous descendez dans la carrière vous pourrez trouver parmi la végétation la route en fausse pierres tombales recréée pour le tournage.

Podgórze : le camp nazi de Plaszow

Nous n’avons pas été jusqu’au Mémorial du camp de travail de Plaszow car premièrement, il commençait à se faire tard et nous devions retourner au centre de Cracovie à pied. Ensuite, après une journée entière dans l’ancien ghetto, après la visite de l’usine Schindler et la veille d’une journée à Auschwitz Birkenau, il fallait finir sur plus de légèreté.

Au moins 50 000 personnes seraient passées par le camp de travail de Plaszow. Le taux de mortalité y était particulièrement élevé. En janvier 1945, les nazis emmenèrent les prisonniers jusqu’à Auschwitz où ils furent tués. Peu de temps après, l’Armée rouge libéra le camp, complètement vide…

En tout cas, si vous le désirez, il y a un mémorial sur l’ancien emplacement du camp. Il ne reste aucunes traces des baraquements car les allemands l’ont démantelé avant l’arrivée des russes. Il existe toujours la maison grise, maison des SS et la villa d’Amon Goeth (rue Heltman), commandant du camp et connu pour sa cruauté. Vous trouverez aussi ça et là des bâtiments en ruines mais aussi des traces de l’ancien cimetière juif où fut construit le camp.

Le prochain article sur la Pologne parlera d’un lieu tout proche : Oświęcim. Ce nom en polonais ne vous dit peut-être pas grand chose mais vous connaissez surement celui en allemand : Auschwitz. Je vous parlerai donc de la visite du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, de l’organisation de la visite, etc… Alors n’hésitez pas à me poser vos questions afin que je puisse y répondre dans ce futur article !

2 Comments

  1. Cette ville est passionnante, pour le meilleur et le pire, je regrette de n’y être resté que 2 jours. J’ai adoré le quartier de Kazmierz (qu’est qu’il y fais bon vivre !), et je ne suis allé dans celui là que pour visiter le musée Schindler qui est d’une grande qualité. Merci de nous le faire visiter dans sa totalité, c’est très complet !

    • Melanie Reply

      merci pour ton compliment 🙂 Nous sommes resté 4 jours à Cracovie ce qui nous a permis de prendre plus notre temps pour visiter Podgorze. De même, j’ai adoré Cracovie, cette ville a tellement à offrir

Tes impressions, tes commentaires juste ici :

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :