Voyager en Iran était l’une des choses qui me tenait le plus à cœur depuis longtemps. J’étais déjà amoureuse de ce pays avant d’y poser le pied et je suis devenue accro une fois sur place. Je suis sûr que ce sera la même chose pour vous car on ne peut pas revenir indifférent de ce voyage. C’est impossible. Pour vous donnez l’eau à la bouche, voici quelques faits marquants et impressions sur ce pays grandiose et méconnu qu’est l’Iran.

Voyager en Iran c’est découvrir plus de 2500 ans d’Histoire

Voyager en Iran c’est plonger dans une Histoire qui date de bien plus loin qu’on le pense. Les aryens et les mèdes, ancêtre du peuple iranien, vivait en ces lieux depuis Xeme siècle avant Jésus Christ. C’est aussi le lieu qui donna naissance à un des tout premiers empires de l’Histoire : l’Empire Perse Achéménide. Cyrus le Grand, de son nom persan Kourosh, était déjà un roi qui prônait la tolérance entre les peuples. Arrivent ensuite de grands rois comme Darius ou encore Xerxes. Vous aurez rendez vous avec cette histoire à Takht-e Djamshid connu sous le nom de Persepolis.

L’Iran c’est aussi une histoire d’invasions et de conquêtes. Ce pays fut un territoire maintes fois convoités et ce qui permit aussi de propager la culture iranienne dans tout le Moyen Orient jusqu’en Inde. L’empire perse fut envahi par Alexandre le Grand, les Huns, Gengis Khan, Timour Lang (Tamerlan) jusqu’aux invasions arabo-musulmanes.

Voyager Iran

Rencontrer une diversité des cultures….

Comme vous l’avez constaté, l’Iran a une histoire particulièrement riche et lors de votre voyage, vous verrez que le pays dispose d’une grande diversité culturelle grâce aux nombreuses ethnies qui la composent. L’Iran en possède plus de 80 différentes. Vous allez rencontrer des perses bien sur mais aussi des Azéris, au nord ouest du pays qui parlent dans la région une langue proche du turc, l’azari. Vous rencontrez aussi des Kurdes, des Mazandari, des Talyshes, des Turkmènes, des Qashqais, des Tats, des Georgiens, des Arabes ou encore des Arméniens… Ce sont les descendants de tous les peuples qui ont pu constituer l’Empire Perse. Même si la langue nationale est le persan, vous verrez que certaines de ces ethnies ont pu conserver leurs langues et leurs traditions grâce à la transmission orale.

…et des religions au pays des Mollah et des Martyrs

Qui dit différentes ethnies dit plusieurs religions. Et pourtant on a du mal à y croire tant on croise partout le portrait des Guides Suprêmes, Rouhhollah Khomeini et Ali Khamenei. C’est simple : dès qu’on passe la porte d’une boutique, on tombe nez à nez avec leur portrait et ils semblent nous fixer avec leurs regards inquisiteurs…. Partout ou presque, vous verrez des hommages aux “Shahid“, les martyrs tombées lors de la guerre Iran/Irak en autres. Dans le pays des mosquées où la voix du muezzin s’entend à chaque coins de rues, difficiles de croire que le pays n’est pas entièrement chiite. Pourtant, vous rencontrez peut-être des zoroastriens, des chrétiens ou des juifs. C’est trois religions sont reconnues par l’état. Malheureusement, certains, comme les Baha’is ne sont pas reconnus et les minorités religieuses ont de moins en moins de liberté de culte.

Voyager en Iran : des paysages et une architecture à couper le souffle

Niveau paysage, vous ne pouvez pas me dire que vous ne trouverez pas chaussures à votre pieds dans ce pays qui fait 3 fois la France. L’Iran possède une multitude de climats et de reliefs. Le pays semble d’ailleurs tout entouré de montagnes pour protéger son plateau central où se trouve différents déserts. L’Iran est aussi bordé la Mer Caspienne et le Golfe Persique. Au nord, près de la mer, vous trouverez un climat humide, des plaines verdoyantes de rizières, de plantations de thé ou des montagnes couvertes de forêts. Vous trouverez dans le reste du pays des cités presque engloutis dans les déserts, des villes oasis comme Ispahan, des montagnes rouges comme celle de Tabriz.

à lire aussi : Découvrir le village troglodyte de Kandovan en Iran

Si vous êtes plutôt Rat des Villes que Rats des Champs, les cités iraniennes vous feront voir mille et une merveilles. Allez découvrir l’une des plus grandes et plus belles places au monde à Ispahan (Esfahan), les Tours du Silences (Darmeh)de Yazd, l’un des plus vieux bazars au monde à Tabriz, des mosquées aux bleus intenses (Mosquée de l’Imam à Ispahan) et aux intérieurs façon kaléidoscopes (Nasir-O-Molk à Shiraz). Enfin, rentrez dans l’impressionnant Palais du Golestan de Téhéran (Tehran) et les délicieux jardins des maisons Qajar. D’ailleurs, saviez vous que le mot paradis venait du mot persan jardin pairi-daeza. C’est vous dire à quels points ils peuvent être beaux.

l’Iran : le pays des paradoxes

Vous allez peut-être avoir l’impression de devenir fou en allant en Iran tant ce pays peut être tout et son contraire. Déjà oubliez les clichés car vous allez voir que l’image qu’on a de ce pays peut-être bien loin des réalités. Le pays est divisé entre traditions et modernité, conservatisme, capitalisme et occidentalisation.

La sphère privée est complètement différentes avec la sphère publique. Soit disant, personne ne boit d’alcool mais au final beaucoup en produisent ou s’en procure au marché noir pour en consommer lors de fêtes clandestines. Les réseaux sociaux sont interdits mais toute le monde met ses story à jour sur Instagram ou Snapchat grâce à ses vpns. Les tchadors du jour laissent place aux tenues de soirées digne du Festival de Cannes. On a les derniers portables, on regarde le dernier épisode de Games of Thrones, et on écoute les derniers tubes venant de Tehrangeles (nom de la diaspora iranienne à Los Angeles). Pendant ce temps-là, on entend encore parfois les voix s’élever des mosquées : “Margh Bargh Amrika” (Mort à l’Amérique). Même l’administration iranienne peut être compliquée : ce qui va fonctionner le lundi, ne sera peut-être plus en place le mardi….

Voyager Iran

Voyager en Iran : entre tchadors, foulards et rhinoplastie

Ce n’est pas parce que la politique actuelle du pays prône une certaine austérité qu’il faut penser que les iraniens n’ont aucune notion de modes… Vous allez peut-être tomber de haut. Moi, la française, pays du bon goût et des grandes maisons de Haute Couture, avais bien l’air ringarde.

La jeunesse iranienne est branchée, habillée ba kelass (avec classe). Alors qu’on prône la sobriété et le port d’une tenue décente, vous verrez, surtout à Téhéran, des jeunes hommes aux chevelures ultra arrangés et chemises légèrement ouvertes en train de faire des œillades à ces dames très apprêtées. Celles-ci d’ailleurs, ont une façon très particulière de porter le foulard : c’est à peine si il couvre leurs cheveux. Les sourcils sont épilés, les ongles manucurés, et la chevelure au brushing parfait.

à lire aussi : Visiter Tabriz en 10 lieux incontournables

Vous croiserez surement des filles (et des garçons) avec des pansements sur le nez. On se promène fièrement avec les traces de sa récente rhinoplastie comme une sorte de carte d’identité de son niveau social. Une irano-américaine m’avait même confié qu’elle était revenue en Iran rien que pour cette opération car “ici ce sont des experts”.

L’Iran : pays du thé et des tapis

Vous ne pouvez pas aller en Iran sans boire un thé (Tchaï). Le thé est à l’Iran ce que la bière est à la Belgique : la boisson nationale ! Même si l’expresso apparaît ici ou là, vous trouverez souvent du café soluble ou le bon café turc qui fait tient éveiller 48h.

Il n’y a pas d’heures pour boire du thé en Iran. On le prend au petit déjeuner le matin, avec du pain et du fromage, à la pause de 10h, avant le repas du midi, l’après midi, avec les invités du soir avant le dîner..et après le dîner. C’est simple, je pense que je buvais presque 10 tasses de thé par jour ( et mon nescafé du matin, car je ne peux vivre sans café). On accompagne le thé de fruits, de friandises et de sucres parfumés au safran (Nabat)

Tchaï Khaneh et Farsh

Pour boire un bon thé préparé au samovar, rendez vous dans une Tchaï Khaneh, une maison de thé. Ces établissements sont normalement réservés aux hommes mais certains possèdent des salles ou des espaces consacrées aux femmes et aux familles. Installez vous à table, sur des poshti (coussin) ou les tapis, et savourez.

En parlant de tapis (farsh), sachez que les tapis persans sont connus dans le monde entier. Leurs motifs, leurs formes et leurs couleurs dépendent de la région d’où ils proviennent. Les prix varient surtout en fonction de leurs tailles mais aussi si ils sont faits à la main ou à la machine. Vous pouvez facilement ramener un tapis chez vous. On l’a fait : une fois bien plié, il remplissait la valise et pesait pile poil 20 kilo. Attention, il est interdit d’exporter des tapis anciens ou des antiquités sans autorisation.

Voyager Iran

Voyager en Iran : l’empire des poètes et des arts

L’Iran est un pays de poètes. Vous ne pouvez pas voyager de villes en villes sans entendre les noms de Ferdowsi, Hafez, Khayyam ou Rûmi. L’un plus connus est Ferdowsi, vivant au Xe siècle, qui passa 40 ans de sa vie à écrire la plus grande épopée persane, Le Livre des Rois (Shah Nameh). Ce livre retrace l’histoire de l’Iran depuis la création du monde jusqu’au début de l’Islam. Il regroupe toutes les légendes et les mythes du pays. Ce livre est extrêmement important pour les iraniens. On dit qu’il participa à préserver la langue persane pendant les invasions arabes en rapprochant les perses de leurs racines. C’est grâce aux poètes que la langue persane continua d’exister en Iran alors que les arabes voulaient imposer leur dialecte. Seul l’alphabet sera changé.

Les iraniens connaissent de nombreux vers ou ghazals de leurs poètes et certains servent même à la divination. Peut-être croiserez vous un homme accompagné d’une perruche. Contre une pièce, l’oiseau ira choisir pour vous, grâce à son bec, un des morceaux de papiers tenus par son propriétaire. Sur ce papier sera écrit un des poèmes de Hafez sensé vous prédire votre avenir. Son mausolée et sa tombe se trouve dans la ville de Chiraz et c’est un des lieux les plus visités d’Iran.

Voyager Iran

L’Iran : savoir “traverser à l’iranienne”

Ne mettez pas de vêtements blancs dans votre valise. Je sais qu’il peut faire chaud mais vous risquez de retrouver vos t-shirts…gris ! En effet, les grandes villes et surtout Téhéran sont assez polluées à cause leurs parcs automobiles énormissimes. L’Iran c’est le royaume des voitures. Quand je dis voitures, je veux dire aussi tout ce qui peut rouler, avec un moteur. Camions et camionnettes, bus, mobylettes, motos, ce n’est que bruits de klaxons et d’accélérations.

Les iraniens sont les rois de l’embrayage. La circulation est tellement dense que les axes peuvent être souvent embouteillés. Il n’y a que trois voies pour circuler mais ce n’est pas grave . En se serrant, on met bien deux voitures par voie ! Et on se retrouve dans un sacré bordel où les voitures jouent des coudes. Une conduite sportive donc, à éviter pour les débutants.

Si il y a une chose que j’ai appris en Iran, c’est traverser à l’iranienne. Dans ce pays on traverse partout : d’une rue à l’autre, sur un rond point, sur le périphérique et même sur l’autoroute. Tout est permis tant qu’on connait la méthode. Un seul mot : l’anticipation car les voitures ne s’arrêteront pas pour vous. Alors, c’est simple, on fixe les voitures, on calcule grossièrement sa vitesses d’approche et vite, on traverse. Vous vous verrez surement en train de courir ou de trottiner. Les iraniens, eux, slalomeront entre les voitures comme si ils dansaient un charmant ballet.

La Générosité et la gentillesse des iraniens

Tous me l’ont dit. C’est la chose qui a le plus marqué tous les voyageurs en Iran. Que les iraniens peuvent être gentils et généreux. Si vous discutez avec ses voyageurs, vous entendrez mille anecdotes le prouvant. On hésitera pas à faire un détour de quelques kilomètres pour vous emmener à bon port. Ne soyez pas surpris si on vous offre quelques fruits ou qu’on vous invite boire le thé ou carrément, manger à la maison. On vous présentera amis et familles, autour d’un bon repas. Et dieu sait à quel point les spécialités iraniennes sont juste divines.

Les iraniens sont hyper accueillants et sociables. Ne vous étonnez pas de devenir le centre d’attraction de quelques jeunes filles ou de ces hommes qui vous croisent dans la rue. On vous demandera d’où vous venez, si vous aimez leur pays,… Ils sont particulièrement touchés par les efforts que vous pourriez faire comme l’apprentissage de quelques mots. Je me rappelle cet homme et son large sourire quand je lui ai répondu à propos de ses glaces “Kheyli Khosmazeh boud” (“c’était délicieux”). En Iran, je me suis toujours sentie en sécurité et très très très bien accueillie.

J’espère avoir pu éveiller votre curiosité ou votre attrait pour ce pays si cher à mon cœur. Et si cette destination vous dit, sautez le pas, vous ne le regretterez pas, je peux vous l’assurer

Tes impressions, tes commentaires juste ici :

Loading Facebook Comments ...
%d blogueurs aiment cette page :